Ouvrir le menu
Fermer le menu

Radiothérapie

Radiothérapie


La radiothérapie peut être un complément ou une alternative à la chirurgie. En tant que traitement néoadjuvant, elle permet de réduire la taille de la tumeur avant une opération. Si une opération n’est pas possible, par exemple en raison d’autres maladies ou d’une fonction pulmonaire fortement réduite, le médecin peut prescrire une irradiation de la tumeur. Une combinaison avec une chimiothérapie est également possible. Elle peut être utilisée à tous les stades.

Mais comment fonctionne une radiothérapie ? Les cellules cancéreuses sont exposées à des radiations de haute énergie qui endommagent l’ADN des cellules tumorales, ce qui inhibe la croissance tumorale et détruit les cellules. La radiothérapie est certes une thérapie locale, c’est-à-dire qu’elle peut être ciblée sur la tumeur ou les métastases, mais elle ne permet pas d’éviter que des cellules saines soient également endommagées par les rayons. Celles-ci sont toutefois généralement en mesure de réparer les dommages causés à l’ADN. Les cellules cancéreuses n’y parviennent pas, meurent et sont éliminées par les cellules immunitaires. C’est la raison pour laquelle une radiothérapie se déroule en plusieurs séances : Pendant ce temps, les cellules saines du corps peuvent se régénérer.

Les rayons endommagent l’ADN dans les cellules cancéreuses et les tuent.

En règle générale, il est possible de réaliser une radiothérapie en ambulatoire. Avant la première radiothérapie, le médecin détermine l’emplacement exact de la tumeur dans le corps. À l’aide d’une IRM ou d’un scanner, il détermine avec précision la zone à irradier et la marque sur la peau de la personne concernée pour les séances à venir. La radiothérapie ne dure généralement que quelques minutes et n’est pas perceptible.

La curiethérapie est une forme particulière de radiothérapie, qui se fait à proximité immédiate et généralement sous anesthésie. Dans le cas du cancer du poumon, le médecin fait glisser un applicateur contenant une substance radioactive à travers la trachée jusqu’à la tumeur. Ainsi, la zone pulmonaire atteinte peut être traitée directement. Cette forme de radiothérapie peut être envisagée à des stades avancés dans le cadre d’un traitement palliatif. Dans de rares cas, elle est également utilisée pour les stades précoces du cancer du poumon, par exemple lorsqu’une opération n’est pas possible.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent des rayons utilisés, de leur intensité et de la région du corps concernée. De plus, tout le monde ne réagit pas de la même manière à la radiothérapie. La plupart des effets secondaires se résorbent généralement d’eux-mêmes après le traitement. Des modifications de la peau, comme une coloration foncée, peuvent toutefois subsister. Lors d’une radiothérapie, vous pouvez par exemple présenter les effets secondaires suivants :

  • Fatigue et épuisement persistant
  • Irritations et altérations cutanées (similaires à un coup de soleil), taches pigmentaires sur la peau
  • Chute de cheveux dans la zone irradiée
  • Nausées et troubles digestifs
  • Charge mentale
  • Toux
  • Pneumonie induite par la radiothérapie

Si vous remarquez un ou plusieurs de ces effets secondaires, informez-en votre équipe soignante. De nombreux effets secondaires du traitement peuvent être facilement traités par des médicaments.

Logo