Ouvrir le menu
Fermer le menu

Vivre avec le cancer du poumon

Vivre avec le cancer du poumon


Le diagnostic de « cancer du poumon » ne doit pas être un obstacle, que le cancer soit détecté à un stade précoce et potentiellement curable ou qu’il soit diagnostiqué à un stade plus avancé et que le cancer vous accompagne pour le reste de votre vie. Le plus important est que votre qualité de vie personnelle soit préservée autant que possible et que vous puissiez continuer à faire ce que vous avez décidé de faire. Vous pouvez y contribuer vous-même, en plus de la thérapie. Vous découvrirez ici les défis auxquels vous pouvez être confronté, comment y faire face et ce que vous pouvez faire vous-même pour améliorer votre qualité de vie.

Les défis au quotidien

Tant le cancer lui-même que les effets secondaires du traitement auront très probablement un impact sur votre vie quotidienne. En tant que personne concernée, vous avez toutefois différentes possibilités de gérer ces effets, de les contrecarrer et d’agir ainsi pour votre bien-être personnel. Le simple fait de savoir que les patients peuvent faire quelque chose eux-mêmes est utile et motivant pour beaucoup.

Il n’est pas rare que les personnes concernées subissent des effets secondaires de leur traitement. Mais la plupart d’entre elles se traitent bien avec des médicaments appropriés ou une adaptation de la dose. Vous devriez parler des effets secondaires à votre équipe soignante (médecin traitant, infirmiers/infirmières ou éventuellement personnel soignant oncologique spécialement formé), car c’est la seule façon d’agir contre les effets secondaires. Demandez-lui également d’autres conseils sur ce que vous pouvez faire, par exemple contre les nausées dues au traitement.

En raison de la maladie et du traitement, notamment en cas d’ablation chirurgicale d’une partie du poumon, de nombreuses personnes atteintes ne sont plus aussi en forme physiquement qu’auparavant. Les gestes quotidiens, comme monter les escaliers, peuvent devenir un défi. Mais il existe des aides pour cela, comme par exemple un monte-escalier. En général, différents outils peuvent vous aider à gérer votre maladie. Si vous souffrez d’une perte de cheveux temporaire due à une chimiothérapie, par exemple, vous pouvez porter une perruque. Ou avez-vous des difficultés à respirer ? Dans ce cas, des appareils de thérapie respiratoire ou à oxygène peuvent apporter une solution. Parlez à votre équipe soignante des outils que vous pourriez utiliser.

Vous pensez peut-être au premier abord que si vous avez un cancer du poumon, vous devrez renoncer au sport ou à l’exercice physique. Mais ce n’est pas vrai. Une activité physique appropriée est bonne pour le corps et l’esprit, que l’on soit en bonne santé ou malade. En effet, l’activité physique améliore non seulement le bien-être, mais augmente également la résistance à l’effort. Il ne s’agit pas de pratiquer une activité d’une intensité aussi élevée que possible. Même une activité physique légère à modérée a déjà un effet positif. Par exemple, vous pouvez vous promener régulièrement ou faire de petits tours à vélo. De nombreux patients font également de la physiothérapie ou de la thérapie respiratoire. Vous pouvez ainsi renforcer votre musculature respiratoire de manière ciblée et vous aider à mieux respirer. Cependant, vous devez toujours veiller à ne pas vous surmener. Adaptez votre activité sportive à vos capacités. Le mieux est de discuter avec votre médecin du type d’entraînement qui vous convient et de sa régularité. Le médecin peut également vous prescrire des séances d’entraînement. Dans ce cas, l’organisme payeur compétent prend en charge au moins une partie des coûts pour les personnes bénéficiant d’une assurance légale.

Ayez une alimentation saine et équilibrée et manger beaucoup de fruits et de légumes ! Ce conseil est valable pour tout le monde. Si vous avez survécu à un cancer du poumon, cette sagesse alimentaire peut vous aider à vous sentir mieux. Cependant, si vous êtes en train de suivre un traitement, il est possible que vous ayez besoin d’aide : Mangez ce qui vous plaît et ce que vous tolérez. En effet, les effets secondaires fréquents d’un traitement contre le cancer du poumon sont la perte d’appétit, les nausées et la perte de poids. Ensuite, le plus important est de reprendre des forces et de maintenir votre poids, ou même éventuellement d’en prendre un peu. Le meilleur moyen d’y parvenir est de consommer des aliments que vous aimez. Le cas échéant, votre médecin peut vous prescrire en plus des compléments alimentaires hypercaloriques. Un conseiller en nutrition peut également vous aider et vous donner des conseils pour une préparation riche en calories, équilibrée et néanmoins variée.

En outre, vous pouvez améliorer votre bien-être en pratiquant des exercices ciblés de relaxation et de pleine conscience, du yoga ou de la méditation. Ces techniques peuvent par exemple aider à lutter contre la fatigue, l’anxiété ou l’abattement. L’acupuncture ou l’acupression aident également certains patients à soulager certains symptômes. Contactez votre équipe soignante pour de plus amples informations.

Défis psychiques

Le cancer est souvent un choc pour les personnes concernées et leurs proches. On se demande ce qui va se passer maintenant : Quelles sont les options thérapeutiques ? Quelles sont les chances de guérison ? Que faire si le cancer récidive ? Des craintes et des soucis peuvent survenir, que vous ne pourrez peut-être pas gérer seul. Mais ce n’est pas tout : Cherchez du soutien auprès de votre famille et de vos amis, voire auprès d’un service professionnel. Si vous êtes encore à l’hôpital, vous pouvez vous adresser au service social de l’hôpital. Ensuite, des centres de conseil en cancérologie ou des psycho-oncologues peuvent vous aider. Ils sont spécialisés dans les personnes atteintes d’un cancer et vous aident à mieux gérer vos soucis et vos angoisses et à les surmonter.


De plus, les groupes d’entraide, les associations de patients ou d’autres associations de personnes atteintes de cancer peuvent également jouer un rôle important dans la gestion de la maladie et soutenir les personnes concernées. L’échange avec d’autres personnes concernées donne du courage et vous pouvez profiter de l’expérience des autres et obtenir des conseils. Vous trouverez ici quelques liens utiles :

Thèmes relatifs au droit social

Après un diagnostic de cancer, vous n’avez probablement pas très envie de vous occuper de questions socio-juridiques. Mais cela fait aussi partie du processus. Demandez le soutien de votre famille et de vos amis, ils seront ravis de vous aider. Plus tôt vous vous occuperez de certaines choses, plus les transitions seront fluides, par exemple entre la thérapie et la rééducation.

Après un traitement, vous avez la possibilité d’une rééducation médicale. Elle peut être réalisée aussi bien en ambulatoire qu’en stationnaire. L’objectif est de maintenir ou d’améliorer votre état de santé. Les prestations complémentaires d’une rééducation médicale peuvent également consister, par exemple, en un soutien financier pour des aides ménagères ou des prestations de soins. Veuillez contacter votre organisme de rééducation pour obtenir des informations sur les différentes prestations.

Outre la rééducation médicale, la rééducation psychosociale peut également être importante pour les personnes concernées. Il convient de noter que les frais de rééducation psychosociale ne sont pris en charge que partiellement par les assurances sociales. De plus, la rééducation professionnelle est également importante pour les patients actifs. Si le retour au travail n’est plus une option, il faut déterminer si une reconversion ou, en cas d’incapacité de travail, éventuellement une rente AI est envisageable. Les coûts de la rééducation professionnelle devraient être pris en charge par les assurances sociales.

En raison d’une ablation partielle du poumon et de la fonction pulmonaire réduite qui en découle, il se peut que vous ayez droit à des prestations AI. Vous avez ainsi la possibilité de faire valoir différentes compensations. Il s’agit par exemple de compensations telles que les cotisations à l’assurance maladie, SERAFE, CFF, etc. Dans certains cas, des demandes d’exonération fiscale peuvent également être déposées.

Il est conseillé – même si c’est difficile – de se pencher sur les thèmes du mandat pour cause d’inaptitude, des directives anticipées et du testament. Déterminez à temps ce qu’il convient de faire en cas de besoin. Cela vous aidera non seulement vous, mais aussi vos proches, lorsque des décisions difficiles devront être prises. Vous trouverez ici de plus amples informations et des modèles qui vous permettront d’établir vos documents de prévoyance personnels. Pour cela, vous pouvez aussi demander de l’aide à votre famille ou à d’autres personnes de confiance, ou encore chercher un soutien professionnel.

Vous trouverez d’autres informations et adresses utiles sur des thèmes de droit social sur le site de la Ligue contre le cancer.

Logo