Ouvrir le menu
Fermer le menu

Chimiothérapie

Chimiothérapie


La chimiothérapie est l’une des méthodes de traitement les plus connues pour les cancers et elle joue également un rôle important dans le cancer du poumon. Il existe aujourd’hui de nombreuses substances actives qui inhibent la division cellulaire et donc la croissance tumorale. La chimiothérapie est une option pour presque tous les stades du cancer du poumon, à l’exception du stade I. Elle est généralement associée à d’autres méthodes de traitement comme la radiothérapie ou la chirurgie. Elle peut également être associée à des formes de thérapie ciblée telles que l’immunothérapie. Les médecins parlent alors d’immunochimiothérapie.

Dans le jargon médical, on appelle aussi néoadjuvante une chimiothérapie précédant une opération et destinée à réduire la taille de la tumeur. Si la chimiothérapie a lieu en complément d’une opération, elle est dite adjuvante.

Comment agit une chimiothérapie ? Les cytostatiques (en français « inhibiteurs cellulaires ») administrés empêchent de différentes manières la croissance, la division ainsi que la multiplication des cellules tumorales et entraînent ainsi leur mort. Les cellules qui se divisent particulièrement souvent sont donc particulièrement vulnérables à la chimiothérapie. En font partie, outre les cellules cancéreuses, des cellules saines du corps, comme par exemple les cellules des muqueuses, les cellules de la racine des cheveux ou les cellules hématopoïétiques de la moelle osseuse – d’où les effets secondaires typiques. Mais là encore, contrairement aux cellules tumorales, les cellules saines du corps peuvent réparer les dommages causés par les cytostatiques et les effets secondaires ne sont généralement pas permanents. La chimiothérapie est également administrée par cycles pour donner un temps de récupération suffisant aux cellules saines.

Les cytostatiques s’attaquent aux cellules cancéreuses qui se divisent particulièrement souvent et les tuent.

Les cytostatiques peuvent vous être administrés seuls (monothérapie) ou en combinaison avec d’autres cytostatiques ou formes de traitement (thérapie combinée). Vous recevrez une chimiothérapie par perfusion intraveineuse. Ainsi, le cytostatique est distribué dans tout le corps et agit de manière systémique (dans tout le corps). C’est pourquoi elle s’adresse également aux cellules tumorales très petites (micro-métastases) et aux métastases.

Une chimiothérapie se déroule en cycles de traitement : Un cycle comprend le jour de la perfusion (jour 1 du cycle) avec la pause suivante, généralement plusieurs jours. Selon le schéma thérapeutique, un cycle peut également comprendre plusieurs perfusions à des jours définis. La durée de chaque cycle dépend, entre autres, de la durée du traitement et de l’état de santé de la personne malade. Par conséquent, les dates de perfusion sont généralement réparties sur quelques semaines ou mois. Avant une chimiothérapie, vous pouvez recevoir des médicaments supplémentaires pour mieux tolérer la chimiothérapie. La plupart du temps, le traitement peut être ambulatoire, c’est-à-dire que vous pouvez rentrer chez vous après la perfusion, afin de vous remettre du traitement.

Dans le traitement du cancer du poumon, une chimiothérapie peut avoir des objectifs différents selon le stade. Au stade précoce, on recherche une guérison du cancer. C’est ce que les experts appellent un traitement curatif. Avant une opération, une chimiothérapie peut faire en sorte que la tumeur rétrécisse et soit plus facile à enlever. Après une opération, elle vise à tuer les éventuelles cellules cancéreuses restantes afin d’éviter une nouvelle croissance de la tumeur. Aux stades avancés, la priorité est de maintenir l’état de santé actuel et d’améliorer la qualité de vie. La chimiothérapie vise à ralentir la progression de la maladie. Il s’agit d’un traitement palliatif.

Il est impossible de prévoir quels seront les effets secondaires et leur intensité. Ils dépendent des médicaments et diffèrent également d’une personne à l’autre. Les effets secondaires ne surviennent donc pas chez tous ceux qui reçoivent un médicament donné. Aujourd’hui, les effets secondaires de la chimiothérapie peuvent généralement être bien traités ou évités. La chimiothérapie peut entraîner, entre autres, les effets secondaires suivants :

  • Mal-être général
  • Diarrhée, nausées et vomissements
  • Risque accru d’infection en raison d’un affaiblissement du système immunitaire
  • Problèmes de concentration et épuisement (fatigue) ainsi que faiblesse
  • Déficit en cellules sanguines
  • Mucite
  • Troubles de la coagulation sanguine
  • Chute de cheveux passagère

Si vous constatez un ou plusieurs de ces effets secondaires, informez-en votre équipe soignante. Elle peut vous aider à gérer les effets secondaires et vous administrer les médicaments appropriés.

Les thérapies ciblées sont particulièrement importantes aux stades avancés et métastatiques. Ces médicaments sont conçus pour interagir avec des molécules très spécifiques, comme les caractéristiques de surface sur les cellules cancéreuses. Dans le cas du cancer du poumon, on connaît différentes caractéristiques auxquelles on peut s’attaquer avec une thérapie ciblée. Il est donc important, lors du diagnostic, d’examiner très précisément de quel type de cancer du poumon il s’agit et s’il existe certains biomarqueurs ou des modifications du patrimoine génétique. Si tel est le cas, les médicaments ciblés peuvent être adaptés avec précision aux caractéristiques des cellules cancéreuses.25 Cependant, tous les patients ne sont pas éligibles à cette forme de thérapie. Les thérapies ciblées comprennent : les immunothérapies, les inhibiteurs de tyrosine kinase et les inhibiteurs de l’angiogenèse.


Logo